Page 2 sur 2

Re: Oui à l'automédication mais attention pas n'importe comment?

MessagePosté: Mar 4 Nov 2008 23:33
de Jean-Christophe Diaz
Catherine a écrit:J'avais posté une question sur les différences entre prendre une dose (entière ou partielle) et prendre 10 granules, et je ne la retrouve pas... :?: (elle était dans les FAQ, je crois... Mais faisait doublon : déjà répondu, je crois)

La réponse et la question se trouve au début de ce post :
Jean-Christophe Diaz a écrit:
Catherine a écrit:J'ai plusieurs questions :
1) le nombre de granules est-il important ? Je croyais que l'homéopathie était de "l'information", et que peu importe le nombre de granules...
2) J'ai cru bien faire en prenant une dose de globules, et d'en donner quelques-uns comme s'il s'agissait de granules (en effet, ma chatte recrache les granules, mais apparemment pas les globules, plus petits) : n'ai-je pas fait erreur ?
3) faut-il répéter les prises ? Sur combien de temps ?

La dose selon Hahnemann n'est jamais assez petite donc effectivement le nombre de
granules n'a pas beaucoup d'importance.

Granules ou globules aucune importance même si certains veulent faire croire le
contraire (style 1 dose = 10 granules par ex)

La répétition des prises est un sujet plus délicat. Aigu ou chronique...L'idéal c'est 1
prise et le patient est guéri.

J'espère que ce début de réponse pourra vous aider.

Jean-Christophe

Catherine a écrit:Si on dilue dans l'eau (globules ou granules) , pourquoi ne pas prendre de l'eau du robinet ?
Désolée si tout ceci semble évident, cela ne l'est pas pour moi...


Comme disait un de mes professeurs, chaque fois que vous poser une question évidente, c'est 50 personnes qui
sont contentes d'avoir la réponse car elles n'avaient pas oser la poser elles-mêmes.

Une eau du robinet très "javéllisée" pourrait supprimer l'effet du remède homéopathique. J'ai lu ça dans un
des ouvrages du Dr Séror il me semble.
Maintenant quant à savoir si réellement l'effet serait supprimé c'est une autre histoire. On applique le
principe de précaution (terme très à la mode) mais franchement c'est un peu comme la menthe ou le café
pendant un traitement homéopathique. Les avis sont partagés.

Jean-Christophe

Re: Oui à l'automédication mais attention pas n'importe comment?

MessagePosté: Mer 5 Nov 2008 12:03
de Catherine
Merci de cette information... Effectivement, beaucoup d'eaux du robinet sont très javellisées.

Et une autre question encore (vont être contents, les autres ! Image )

Si vous trouvez le remède d'une personne (son simillimum, n'est-ce pas ?), et qu'une personne a une autre pathologie qui n'est pas en rapport, comment faites-vous ?

Par exemple, on trouve un remède en rapport avec le psychisme, les douleurs-raideurs de la nuque, etc... d'une patiente.

Mais parralèlement, la personne, qui avait une ostéodensitométrie normale trois ans auparavant, a vu sa densité osseuse diminuer de façon très importante à la suite d'une unique dose de chimio (chimio dite "de sécurité", et arrêtée par la patiente après la première séance, apparemment beaucoup trop forte).

Dans ce cas, faut-il donner en même temps un deuxième remède, par exemple des gouttes de vitamine D, en basse dilution, puisque ce symptôme vient d'une cause extérieure sans rapport avec les autres symptômes ?

Merci d'avance.

Re: Oui à l'automédication mais attention pas n'importe comment?

MessagePosté: Lun 10 Nov 2008 14:44
de Catherine
Bonjour à tous,

Autre question (j'ai un peu l'impression d'être seule sur ce forum) :

Quel est le mode d'administration des remèdes ?
- les secouer avant de les prendre ? Fort ? Longtemps ?
- Les laisser fondre doucement sous la langue ?
- Pourquoi ne pas les croquer ? Cela devrait les dynamiser encore plus ?
- Pourquoi la voie orale, et pas d'autres voies, Je pense particulièrement aux migraineux qui vomissent en cas de crise (suppos, voie nasale comme les médicaments allopathiques anti-migraines, etc.) ?

Merci d'avance

Re: Oui à l'automédication mais attention pas n'importe comment?

MessagePosté: Mar 11 Nov 2008 12:56
de omega
Catherine a écrit:Bonjour à tous,

Autre question (j'ai un peu l'impression d'être seule sur ce forum) :

Quel est le mode d'administration des remèdes ?
- les secouer avant de les prendre ? Fort ? Longtemps ?
- Les laisser fondre doucement sous la langue ?
- Pourquoi ne pas les croquer ? Cela devrait les dynamiser encore plus ?
- Pourquoi la voie orale, et pas d'autres voies, Je pense particulièrement aux migraineux qui vomissent en cas de crise (suppos, voie nasale comme les médicaments allopathiques anti-migraines, etc.) ?

Merci d'avance


Bonjour Catherine ,
Sachez que vous n ' êtes pas seule sur le forum , c ' est vrai il n ' y à pas beaucoup de participant , mais mieux vaut peu , que des personnes qui viennent le "polluer".
A nous de convainvre d 'autres personnes que l ' homeopathie est efficace quand il est bien administré , et de venir nous rejoindre.

en espérant que d 'ici peu les passionnés se manifestent

j 'ai pu lire que secouer le remede avant de le prendre serait efficace , mais dans la pratique si le remede est bien choisi il agit aussi bien sans secousse.Dans la phase liquide (jamais essayé) il faut le secouer avant chaque prise.

voila ma petite participation

Re: Oui à l'automédication mais attention pas n'importe comment?

MessagePosté: Mar 11 Nov 2008 13:03
de Catherine
Merci, Oméga...

Sans vous, j'étais prête à demander ma désinscription...

Bonne journée à vous, et à bientôt ! :)

P.S. : je retiens que le mode d'administration le plus efficace est la voie buccale (j'avais entendu parler de l'olfaction sur un autre forum, c'est pour cela ; mais ce doit être anecdotique, je suppose. Tout comme les suppositoires :?: ).

Re: Oui à l'automédication mais attention pas n'importe comment?

MessagePosté: Mer 12 Nov 2008 18:47
de Jean-Christophe Diaz
Catherine a écrit:Si vous trouvez le remède d'une personne (son simillimum, n'est-ce pas ?), et qu'une personne a une autre pathologie qui n'est pas en rapport, comment faites-vous ?
Par exemple, on trouve un remède en rapport avec le psychisme, les douleurs-raideurs de la nuque, etc... d'une patiente.
Mais parralèlement, la personne, qui avait une ostéodensitométrie normale trois ans auparavant, a vu sa densité osseuse diminuer de façon très importante à la suite d'une unique dose de chimio (chimio dite "de sécurité", et arrêtée par la patiente après la première séance, apparemment beaucoup trop forte).

Dans ce cas, faut-il donner en même temps un deuxième remède, par exemple des gouttes de vitamine D, en basse dilution, puisque ce symptôme vient d'une cause extérieure sans rapport avec les autres symptômes ?

Merci d'avance.


C'est une question complexe car l'ostéodensitométrie est un examen de laboratoire. Une
baisse de la densité osseuse ne se traduit pas par une fracture ou des douleurs donc
difficile de prescrire un remède.
Dans ce cas, je me contenterai de faire des conseils sur l'hygiène de vie et l'hygiène
alimentaire. Pas de remède homéopathique s'il n'y a pas de plainte ou de symptôme.

Maintenant en ce qui concerne le simillimum.

Il faut adapter au cas du patient: la biopathographie est une aide précieuse dans ce
cas pour rechercher si l'autre maladie ne serait pas en fait un retour d'anciens
symptômes. En fait c'est la difficulté de la 2ème prescription. Kent a très bien
développé le sujet aux cours d'une de ses confèrences.

Jean-Christophe

Re: Oui à l'automédication mais attention pas n'importe comment?

MessagePosté: Mer 12 Nov 2008 18:54
de Jean-Christophe Diaz
Catherine a écrit:P.S. : je retiens que le mode d'administration le plus efficace est la voie buccale (j'avais entendu parler de l'olfaction sur un autre forum, c'est pour cela ; mais ce doit être anecdotique, je suppose. Tout comme les suppositoires :?: ).


Exactement ensuite en phase liquide ou sèche cela se discute. Suppositoire pommade injection spray nasal...
toutes les voies sont possibles mais pas plus efficace, plus chère plus compliquées à mettre en oeuvre mais
plus rentable pour l'industrie. Ex un labo homéopathique fabrique des comprimés homéopathiques a laisser
fondre sous la langue car cela fait plus moderne que les granules et cela plait plus aux hommes...

Hahnemann a testé les différentes formes et à la fin de sa vie il a parler de l'olfaction (6è édition de l''Organon)

Jean-Christophe

Re: Oui à l'automédication mais attention pas n'importe comment?

MessagePosté: Jeu 26 Nov 2009 13:36
de Catherine
Bonjour à tous,

En ce qui concerne l'automédication, étant donné que beaucoup de gens sont conditionnnés à penser "allopathe" et à donner un remède pour un symptôme, j'imagine qu'ils obtiennent souvent des "suppressions".

De même avec un homéopathe non uniciste, qui prescrit un remède pour un symptôme (j'ai encore des tubes de préparations composées qui m'avaient été prescrites par mon ancien pluraliste)...

Dans ces conditions, l'effet des remèdes qui ont donné des "suppressions" est-il à prendre en compte, ou bien suffit-il d'attendre que l'effet se dissipe, tout comme celui des pathogénésies ?